17 mai 2011

Tout nous oppose

mais nous avons une histoire commune.

Elle a essuyé les balbutiements des parents avec leur premier enfant, j'ai récolté la "liberté" du petit dernier.

La liberté parce que tes parents sont épuisés et qu'ils ont moins de temps.

Parce qu'ils ont appris à lâcher du lest.

Parce que les grands, qui sont encore des enfants, s'occupent de toi.

Sauf qu'on n'est pas à sa place parfois. Sauf qu'on a l'impression de grandir trop vite parfois.

Sauf que des mots d'une ado de 15 ans à une petite fille de 10 ans n'ont pas la même portée que s'ils avaient été dits à des adultes.

Je n'oublierai jamais le jour où elle m'a dit un secret, en riant. Cet air insouciant qu'elle prend et que j'ai appris à interpréter depuis. Nous étions dans notre chambre, près du piano. Je crois que j'avais 25 ans quand j'ai compris que c'était grave, soit 15 ans trop tard.

Tu vois les dégâts dans le regard de cette femme de 30 ans ; à 40 ans c'est pareil et tu te dis qu'elle finira sa vie avec ce chagrin qui est aussi devenu le tien.

Et tu passes ton temps à te sentir coupable et à essayer de te faire pardonner de n'avoir pas su sachant pourtant très bien que c'est peine perdue.

Tout ce que tu peux faire : l'aimer.

 

 

 

 

Posté par MlleJane à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Tout nous oppose

Nouveau commentaire